• A bas la gauche ! Vive la France !

    L’idée européenne est le tombeau de la Gauche, celle avec un grand G, celle de l’alliance entre le classes moyennes progressistes et les classes populaires.

     

    La question était de savoir ce que choisiraient les classes moyennes : « l’Europe » ou bien leur alliance avec les classes populaires.

     

    Malheureusement, les classes moyennes progressistes s’échinent à choisir l’idée européenne.

     

    La Gauche est donc morte.

     

    A bas la gauche, celle avec un petit g, de la classe moyenne nombriliste, européiste.

     

    A bas le PS ! A bas EELV ! A bas le FG !

     

    Puisqu'une haine réciproque s'est installée entre la classe moyenne et les classes populaires, il n'y a plus rien à espérer.

     

    A nous le Néant de la représentation politique.

     

    Que vive la France et la souveraineté démocratique.

    « Todd soutient l'abstention aux européennes ! Une soirée étudiante en plein jour à Paris ? »

  • Commentaires

    1
    des pas perdus
    Mercredi 28 Mai 2014 à 17:45
    La gauche est morte,vive la gauche!
    2
    Mercredi 28 Mai 2014 à 18:27

    Je connaissais la théorie des "deux corps du roi". Mais pas celle des deux corps de la gauche.

    Cela mérite réflexion. Qu'est-ce qui garantit la continuité de la gauche, par delà ses compromissions et ses défaites ? 

    Mais c'est bien sûr ! Le régime de la 5ème république ! Tous en chœurs avec François Hollande et despasperdus :

    "La gauche est morte, vive la gauche jusqu'en 2017 !"

    3
    Mercredi 28 Mai 2014 à 22:49

    Tu devrais lire le dernier numéro de Fakir, si ce n'est fait, qui cause de la séparation entre classes populaires et classe moyenne.

    4
    Jeudi 29 Mai 2014 à 00:08

    Je note. Merci.

    5
    BA
    Jeudi 29 Mai 2014 à 15:14

    Le FN obtient ses meilleurs scores chez les jeunes et les ouvriers.

     

    Sans surprise, c'est chez les jeunes et les catégories populaires que le Front national fait ses meilleurs scores. De ce point de vue, les élections européennes de dimanche confirment les tendances observées au fil des scrutins des dernières années.

     

    Chez les moins de 35 ans, le parti de Marine Le Pen obtient 30 % des voix, soit 5 points de plus que son score moyen à l'échelle nationale, selon Ipsos-Steria. Il peut d'autant plus se prévaloir d'être un parti « jeune » qu'il obtient chez les plus âgés un résultat inférieur à son résultat global : 21% des plus de 60 ans ont voté dimanche pour le FN.

     

    A l'inverse, l'UMP apparaît plus que jamais comme le parti des seniors : il obtient 25 % des suffrages chez les plus de 60 ans, soit 5 points de plus que son score national.

     

    Seulement 15% des moins de 30 ans ont apporté leurs voix au PS ce 25 mai. Pour François Hollande, qui avait promis en 2012 de faire de la jeunesse la « priorité » de son quinquennat, c'est un sérieux camouflet.

     

    Au sein de l'électorat populaire, le parti d'extrême droite fait un tabac. Dimanche, 38 % des employés et 43 % des ouvriers lui ont apporté leurs suffrages.

     

    La gauche, sur ce qui constitue historiquement son cœur de cible, est laminée : seulement 8% des ouvriers et 16% des employés ont voté PS aux européennes.

     

    Contrairement à ses espérances, le Front de gauche ne bénéficie pas de la déception suscitée au sein de cet électorat par la gauche de gouvernement : seuls 5% des employés et 8% des ouvriers ont voté, dimanche, pour le mouvement de Jean-Luc Mélenchon.

     

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/05/25/le-fn-obtient-ses-meilleurs-scores-chez-les-jeunes-et-les-ouvriers_4425625_823448.html

     

    1- Echec total de la construction européenne

     

    2- Donc les partis politiques européistes sont tous discrédités

     

    3- Donc les peuples européens votent de plus en plus pour les partis anti-européens

     

    4- Donc, comme d’habitude, l’appauvrissement des classes populaires et l’appauvrissement des classes moyennes entraîne l’arrivée au pouvoir de partis extrémistes.

     

    5- Par exemple : en France. Les partis européistes sont tous discrédités. En ce moment même, nous sommes en train de vivre l’effondrement du Parti Socialiste, l’effondrement de l’UMP, l’effondrement d’Europe Ecologie Les Verts, l’effondrement du centre UDI – Modem.

     

    6- La dynamique est du côté du Front National : un boulevard vient de s’ouvrir devant le Front National. Si Marine Le Pen est élue président de la République en 2017, des émeutes éclateront dans les jours qui suivront. Ensuite, le président de la République Marine Le Pen n’aura plus qu’à dire :

     

    "Conformément à l’article 16 de la constitution française, j’ai décidé de … etc"

     

    7- L’article 16, c’est l’occasion pour Marine Le Pen d’accéder aux pleins pouvoirs, de façon démocratique, par les urnes.

     

    On est mal.

     

    On est très mal.

    6
    Vendredi 30 Mai 2014 à 10:50

    Au pays des aveugles les borgnes sont rois. Le FN n'est fort que de la faiblesse des autres partis. Si on regarde les nombre de suffrages exprimés, le Fn baisse de 25% — un rien ! — sur son résultat de la présidentielle.

    Ce qui ne dédouane pas l'incurie des autres partis. Et tout pendant que l'UMP comme le PS continueront leurs conneries, tant que le FdG continuera à vasouiller autant les syndicats ouvriers, faudra bien que la protestation s'exprime. Je suis le premier à regretter que cette protestation s'exprime via le vote FN mais...

    Ne jamais oublier que la politique c'est comme le foot. Si on perd ce n'est pas la faute des autres, c'est qu'on a été mauvais.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :