• "Le "rêve allemand" célébré sans pudeur par le Spiegel, c'est le cauchemar de l'Europe."

    "Une Europe prisonnière de l'euro"

     "C'est l'échec de l'Europe. L'échec de l'euro. Fallait-il signer ce traité de Maastricht (1992), qui tourne au désastre ? Après l'avoir tant défendu, on finirait par en douter. Curieusement, le sujet reste tabou."

    "Mauvais joueur, nous avions grogné contre les électeurs français et néerlandais qui n'avaient rien compris en votant non à la Constitution européenne de 2005."

    Arnaud Leparmentier, éditorialiste au Monde

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Elections Italiennes : l'Europe tremble

    "Le Mouvement 5 étoiles est crédité de 17 % dans les sondages, un chiffre que très peu de partis ont été capables de dépasser en Italie. (...) Il se passe quelque chose en Italie. Quelque chose de fort. D'intense."

    Dans Presseurop

     

    "Un spectre hante l’Europe : le spectre de Silvio Berlusconi. Toutes les puissances de l’Europe se sont unies en une Sainte-Alliance pour le traquer : le pape et la Commission européenne, Angela Merkel et François Hollande, les conservateurs de France et les sociaux-démocrates d’Allemagne. Et évidemment, les marchés financiers.

    Romaric Godin, La Tribune

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Bloomberg, la chaine d'information financière américaine, rapporte les propos de Lars Seier Christensen, PDG de la banque danoise Saxo Bank, aux yeux duquel l'euro est condamné :

     

    Saxo Bank CEO Says Euro Is Doomed as Currency Woes Resurface, Sur Bloomberg - Février 2013. Extrait.

    Lars Seier Christensen, PDG de Saxo Bank, a déclaré que le rebond  récent de l'euro est illusoire et que la monnaie commune est condamnée à l'échec parce que le continent n'a pas entrepris d'union fiscale. (...) Selon Christensen, "une conséquence possible est l'expulsion de certains des pays ruinés du fait de leur appartenance à la zone euro, notamment les économies d'Europe du Sud" . Les problèmes que les Français vont bientôt   rencontrer ont été  considérablement sous-estimés. Dès qu'ils entreront dans une crise de grande ampleur, ce sera fini. Même les Allemands ne peuvent pas payer pour les français et ne le feront probablement pas."


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique