• Article du jour : Berlusconi fossoyeur de l'euro ?, Le Point

    Berlusconi fossoyeur de l'euro ?, Le Point - Juin 2012. Extrait.

    "On criera au scandale, mais aujourd'hui, l'hypothèse de l'abandon de l'euro par l'Italie n'est pas un blasphème ". C'est Silvio Berlusconi qui a jeté mercredi ce pavé dans la mare de la crise européenne. Ce n'est pas la première fois que l'homme qui présidait aux destinées de la péninsule jusqu'au 16 novembre dernier prend ses distances de l'euro. Le 1er juin, le Cavaliere avait écrit sur sa page Facebook : "Si Angela Merkel refuse que la BCE fasse marcher la planche à billets, on devrait avoir le courage de dire ciao et d'abandonner l'euro tout en restant dans l'Union. Ou alors c'est l'Allemagne qui devrait quitter la zone euro."

    (...) Le parti de Berlusconi est désormais la troisième formation du pays, derrière le Mouvement à 5 étoiles (M5S) du comique Beppe Grillo!

    Silvio Berlusconi doit stopper cette hémorragie. Il a donc fixé un ultimatum à Mario Monti : si, au sommet de Bruxelles des 28 et 29 juin, Angela Merkel n'assouplit pas la politique financière européenne, il fera tomber le gouvernement en vue d'élections anticipées à l'automne. Et il prendrait alors la tête d'une coalition qui fera campagne pour l'abandon de l'euro.

    « Le rêve européen de Patrick ArtusLa gouvernance européenne rend Patrick Artus nerveux »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    BA
    Lundi 25 Juin 2012 à 08:38

    Si nous regardons seulement la zone euro, nous voyons des Etats qui ne sont pas surendettés :

    La Slovénie : dette publique de 47,6 % du PIB.

    La Slovaquie : dette publique de 43,3 % du PIB.

    Le Luxembourg : dette publique de 18,2 % du PIB.

    L’Estonie : dette publique de 6 % du PIB.

     

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-23042012-AP/FR/2-23042012-AP-FR.PDF 

     

    Maintenant, si nous regardons l'Union Européenne, nous voyons aussi des Etats qui ne sont pas surendettés :

    La Pologne : dette publique de 56,3 % du PIB.

    Le Danemark : dette publique de 46,5 % du PIB.

    La Lettonie : dette publique de 42,6 % du PIB.

    La République Tchèque : dette publique de 41,2 % du PIB.

    La Suède : dette publique de 38,4 % du PIB.

    La Roumanie : dette publique de 33,3 % du PIB.

    La Bulgarie : dette publique de 16,3 % du PIB.

     

    Question :

     

    Les Etats ci-dessus vont-ils accepter de DONNER des dizaines de milliards d'euros aux six Etats européens périphériques ?

     

    C'est ça, la preuve qu'il existe réellement une solidarité :

     

    DONNER de l'argent.

     

    Mais en revanche, si les Etats européens du nord refusent de DONNER de l'argent aux Etats européens périphériques, c'est la preuve que la soi-disant "solidarité européenne" n'existe pas.

     

    Et si la soi-disant "solidarité européenne" n'existe pas, la zone euro va se disloquer.

     

    La zone euro va se désagréger.

     

    Et ensuite, l'Union Européenne va se désagréger.

     

    Regardez bien ce dessin génial d'Iturria :

     

    http://iturria.blogs.sudouest.fr/archive/2012/06/23/le-trait-d-iturria-du-dimanche-24-juin-2012.html

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :