• Article du jour : le suicide européen continue

    Le premier ministre portugais conseille aux jeunes de partir, Le Figaro - Juillet 2012. Extrait.


    "La crise au Portugal s'accentue à tel point que le premier ministre, Pedro Passos Coelho, en est venu à appeler ses compatriotes à émigrer! Ils devraient «faire preuve de plus d'effort», «laisser leur zone de confort» en cherchant du travail ailleurs, a-t-il déclaré. (...)

    L'an dernier, plus 120.000 Portugais auraient choisi le chemin de l'émigration, notamment vers les ex-colonies à la croissance dopée par les hydrocarbures. Dans ce pays de la Vieille Europe de 10 millions d'habitants, plus d'un jeune sur trois est au chômage."



    « Jean Pierre Chevènement en faveur d'une monnaie "commune"Les deux méthodes, Discours de Jaurès et de Guesde - 1900 »

  • Commentaires

    1
    BA
    Jeudi 5 Juillet 2012 à 22:00

    Dette publique de l'Allemagne :

    2002 : dette publique de 60,7 % du PIB.

    2003 : dette publique de 64,4 % du PIB.

    2004 : dette publique de 66,3 % du PIB.

    2005 : dette publique de 68,6 % du PIB.

    2006 : dette publique de 68,1 % du PIB.

    2007 : dette publique de 65,2 % du PIB.

    2008 : dette publique de 66,7 % du PIB.

    2009 : dette publique de 74,4 % du PIB.

    2010 : dette publique de 83 % du PIB.

    2011 : dette publique de 81,2 % du PIB.

    2012 : dette publique de 83,5 % du PIB.

     

    Dette publique de la France :

     

    Mercredi 4 juillet 2012 :

     

    Jean-Marc Ayrault déclare :

     

    "depuis 2007, la dette a augmenté de 600 milliards d’euros, et cette dette atteint aujourd’hui près de 1800 milliards d’euros, soit 90 % de la richesse produite par la France chaque année. Le poids de la dette est devenu écrasant : l’Etat verse ainsi près de 50 milliards d’euros par an à ses créanciers. Cette somme représente la première dépense juste devant le budget de l’Education nationale, elle est supérieure aux budgets de la recherche, de la justice et de la sécurité réunis."

     

    http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/discours-de-politique-generale-de-jean-marc-ayrault-premier-ministre-a-l-assemblee-

    2
    myla2
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 00:03

    Bonjour Coma 81,

    D'après tout ce que nous voyons et entendons, j'ai l'impression  qu'il ne faut plus compter sur aucune vision réaliste de la crise et aucune mesure sensée de la part de ce gouvernement, malgré une réelle bonne volonté....les idées de protectionisme européen ne seront jamais mises en oeuvre....  pas plus que la mise en place d'une monnaie commune au lieu d'une monnaie unique.... ces gens là sont trop dans l'idéologie... donc il faut tendre le dos en espérant quelques miracles une politique fiscale audacieuse, un petit dixième de croissance.... une erreur des agences de notation .... Que sais-je??? L'idéologie libérale et européiste les aveugle trop.

    Dans ce contexte , que penser des préconisations du gouvernement Ayrault? Les sources fiscales annoncées seront elles suffisantes pour résister à l'accroissement de cette dette et la faire, sinon régresser, au moins stagner?

    Par ailleurs je suis inquiète de la montée des dérapages nationalistes... qui ne vont faire que s'aggraver si la crise s'aggrave. J'ai peur de cette montée aux extrêmes dont parle René Girard. N'est-ce pas ce qui est en train de se produire entre les Européens? Je suis persuadée que l'Europe doit être unie pour jouer un rôle dans le monde. Je souhaite également que les peuples européens soient aptes à se parler, à se respecter,...  La démonstration de l'imbécilité d'une Europe économique et seulement économique, voire monétaire, est faite. mais il me semble que dans l'analyse de la position dominante de l'Allemagne il faut éviter les tons aggressifs. La manière de dire me semble essentielle; je crois qu'il nous faut apprendre un langage non violent pour apaiser les craintes, diminuer les tensions entre les peuples. Le livre de René Girard que j'ai lu récemment m'habite. Peut-être n'a-t-il pas tord... parler de la france de l'Allemagne n'est pas bon. Il faut parler des dirigeants allemands , français... les peuples aspirent à une vie simple, tranquille  et sans chômage. Au développement durable en quelque sorte...

    Emmanuel Todd, par son langage rude me fait peur. Qu'en penses tu?

    Cordialement,

    Myla.

     

     

     

     

    3
    Coma81 Profil de Coma81
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 13:04

    Emmanuel Todd est le seul à parler de la réalité telle qu'elle est : rapport de classes et rapport de puissances nationales.

    Les grecs, les irlandais, les portugais, les espagnols ont été sacrifiés parce que ce sont des petites nations.

    Il est de la responsabilité des élites de sauver leurs peuples. Le "nationalisme" est l'autre mot du renouveau de la politique et de la révolte face au système de domination européen.

    Elites et peuples nationaux contre élites européennes.

    Bien sûr il faudrait des solidarité européennes, comme par exemple passer à une monnaie commune.

    Il n'y a pas de risque de guerre. La montée aux extrêmes est alimentée par la fascination réciproque. Or la france et l'allemagne sont profondément indifférentes l'une vis à vis de l'autre.

    Il n'y a ni projet commun (volonté de vivre ensemble) ni volonté de s'affronter. Le problène est que les institutions européennes - l'euro - créé un espace étroit dans lequel france et allemagne se marchent sur les pieds alors qu'ils préfèreraient s'ignorer paisiblement.

    "L'europe sociale" a eu la même fonction idéologique que "les lendemains qui chantent" : faire patienter les peuples toujours un peu plus et instaurer un système de domination bien réel. En 2002 les classes exclues ont cessé d'y croire. En 2005, l'ensemble des classes populaires à voter contre l'europe. En 2012, plus personne n'y croit à par les élites.

    Dorénavent ceux qui s'en réclament sont discrédités.

    4
    BA
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 13:09

    Les pays européens ne peuvent pas avoir la même monnaie.

     

    Les pays européens riches ne veulent pas DONNER de l'argent pour sauver de la faillite le Portugal, l'Irlande, l'Italie, la Grèce, l'Espagne, Chypre, la Slovénie.

     

    Les pays européens du Nord ne veulent pas DONNER de l'argent pour sauver de la faillite les pays européens périphériques.

     

    Il n'y a aucune solidarité entre les pays de la zone euro.

     

    La solidarité supranationale, ça n'existe pas.

     

    La zone euro va exploser.

     

     

    Vendredi 6 juillet 2012 :

     

    Zone euro : la Finlande préfère sortir de l'euro que payer les dettes des autres.

     

    La Finlande préfère se préparer à sortir de l'euro plutôt qu'à payer les dettes des autres pays de la zone euro, affirme la ministre des Finances Jutta Urpilainen, vendredi dans le quotidien financier Kauppalehti.

     

    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_la_Finlande_prefere_sortir_de_l_euro_que_payer_les_dettes_des_autres30060720121200.asp

    5
    myla2
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 14:10

    Bonjour, 

    BA: Lorque vous dites que les pays européens ne peuvent avoir la même monnaie pensez vous aussi à la monnaie commune dont parle Coma 81?

    Pour le reste je ne sais pas s'il y en a mais je crois que nous devons créer des solidarités internationales, sinon, les pays européens disparaîtront, les uns après les autres sous la poussée de la chine en particulier.

    Coma 81: j'ai peur de voir se profiler de lourdes menaces pour la paix: syrie (russie contre "ouest"), pétrole et métaux:(tous contre tous pour s'approprier les nouvelles ressources (arctiques, zones de rifts = dorsales océaniques ) et à plus court terme cette crise qui n'en finit pas et qui fait apparaître les intérêts divergents  des différents  pays: la chine a intérêt au libre échange et nous avons intérêt au protectionnisme...; je ne saurais dire ici s'il s'agit de l'intérêt des peuples ou de leurs capitalismes respectifs)

    la coopération internationale, dans un monde fini, où les ressources naturelles sont comptées et les bouches de plus en plus nombreuses, est, me semble-t-il, une condition de la survie de l'humanité. "Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage". Cette citation de marx(?), à l'heure où le capitalisme s'exacerbe, est on ne peut plus d'actualité, et c'est pour cela que je suis inquiète. Nous avons vu la haine qui anime les Le pen et compagnie durant cette campagne, au nom du nationalisme. Que l'intérêt des peuples soit pris en compte, mais pas à n'importe quel prix... Je ne pense pas que Todd soit nationaliste,mais j'ai peur que son langage soit interprété ainsi.

    Cordialement, Myla.

     

     

     

     

    6
    BA
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 15:18

    "je crois que nous devons créer des solidarités internationales, sinon, les pays européens disparaîtront, les uns après les autres sous la poussée de la chine en particulier"

     

    La France est la 5ème puissance mondiale.

     

    Donc, selon vous, si la France sort de l'Union Européenne, la France disparaitra.

     

    ET DONC les 190 autres Etats du monde disparaitront eux-aussi, puisqu'ils sont moins puissants que la France.

     

    ET DONC il ne restera sur la planète que la Chine, les Etats-Unis, la Russie, l'Allemagne et le Japon.

     

    Est-ce que vous vous rendez compte de la stupidité de votre argument ?

     

     

    7
    Coma81 Profil de Coma81
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 18:55

    Il faut quand même recadrer le débat sur l'institution monétaire européenne : l'euro.

    Nous avons un grave dysfonctionnement de cette institution, qui est en train de détruire l'économie européenne.

    Deux solutions coopératives  s'offrent à nous : le saut fédéral ou la fin de l'euro.

    l'une n'est pas en soi meilleure que l'autre du point de vu de la coopération. Seulement la saut fédéral est inaccessible. On ne décrête pas l'avènement d'une nation. Les conditions démocratiques ne sont pas remplies.

    Donc en réalité, nous avons le choix d'une europe allemande antidémocratique (là encore je ne crois guère à la capacité des allemands d'imposer leur domination) , de la dissolution de l'euro (malheureusement là encore je ne crois pas en la sagesse des dirigeants), mais plus surement l'explosion chaotique de la zone.

     

     

    8
    BA
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 20:23

    Vendredi 29 juin 2012 : « le sommet européen de la dernière chance » n’a fait illusion que quelques jours. Et ensuite, les investisseurs internationaux ont compris que c’était du pipeau.

     

    Conséquence : les taux de l’Espagne et de l’Italie recommencent à exploser.

     

    Le Titanic « ZONE EURO » est en train de couler.

     

    Ce week-end, il va encore falloir organiser un « sommet européen de la dernière chance ».

     

    Espagne : taux des obligations à 10 ans :

    Lundi 2 juillet : 6,38 %.

    Mardi 3 juillet : 6,25 %.

    Mercredi 4 juillet : 6,41 %.

    Jeudi 5 juillet : 6,776 %.

    Vendredi 6 juillet : 6,954 %.

     

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

     

    Italie : taux des obligations à 10 ans :

    Lundi 2 juillet : 5,74 %.

    Mardi 3 juillet : 5,63 %.

    Mercredi 4 juillet : 5,77 %.

    Jeudi 5 juillet : 5,979 %.

    Vendredi 6 juillet : 6,026 %.

    9
    BA
    Samedi 7 Juillet 2012 à 16:12

    Le Conseil des experts économiques allemands regroupe les cinq économistes les plus respectés d'Allemagne : Wolfgang Franz, Wolfgang Wiegard, Peter Bofinger, Claudia-Maria Buch, Christoph M. Schmidt. 

     

    Sa mission est de publier des rapports pour conseiller le gouvernement allemand.

     

    Vendredi 6 juillet 2012, le Conseil des experts économiques allemands publie son rapport sur la zone euro.

     

    C'est une bombe. 

     

    "L'union monétaire européenne est confrontée à une crise systémique, qui menace la survie de la monnaie unique comme la stabilité économique de l'Allemagne."

     

    "Die europäische Währungsunion befindet sich in einer systemischen Krise, die den Fortbestand der gemeinsamen Währung und die ökonomische Stabilität Deutschlands gleichermaßen gefährdet."

     

    http://www.sachverstaendigenrat-wirtschaft.de/fileadmin/dateiablage/download/pressemitteilungen/pressemitteilung_07_2012.pdf

     

    Eux-aussi, ils parlent de la "crise systémique" en zone euro.

     

    Pour éviter cette "crise systémique", je propose de réunir ce week-end un sommet européen de la dernière chance.

     

    Après tout, le dernier "sommet européen de la dernière chance" a eu lieu il y a une semaine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :