• "Dans la vision allemande de la situation, l’économie est un match de football, et c’est l’Allemagne qui gagne. (...) Rien ne semble en mesure d’arrêter ni l’Allemagne, ni Merkel. Un petit nombre de responsables intelligents comprennent ce qui est en jeu mais ils sont prêts à courir le risque d’un accident. Ils n’ont pas pour objectif prioritaire de préserver l’euro.(...)"

    "Au lieu de l'unité européenne, nous avons procédé à l'unité nationale (...) L'Allemagne ne se considère plus comme un membre de l'Union européenne mais comme une puissance autonome." 

    Wolfgang Münchau, éditorialiste allemand au Financial Times.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • "Il y a un risque réel de voir s'établir de manière permanente une Europe à deux vitesses. Les ressources humaines et financières iront vers le centre, laissant la périphérie dans la dépression, sans espoir d'en sortir jamais. Mais le mécontentement monte à la périphérie." (Juin 2012)

    "L’Allemagne doit diriger, ou partir. (...) Puisque la fin de l’euro causerait d’immenses dommages à tous les pays membres, et en particulier à l’Allemagne, l’Allemagne continuera à faire le minimum nécessaire pour faire tenir l’euro. (...) L’Union Européenne qui émergera de ce processus sera diamétralement opposée à l’idée d’une Union Européenne qui était l’incarnation d’une société ouverte. Elle sera un système hiérarchique construit sur base des obligations liées aux dettes plutôt que sur une association volontaire d’égaux. Il y aura deux classes d’état, prêteurs et emprunteurs, et les prêteurs seront à la manœuvre. (...) Le pouvoir impérial peut amener de grands bénéfices, mais il doit être mérité en se préoccupant de ceux qui vivent sous son joug." (Discours de Septembre 2012)

    Georges Soros, financier

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le populisme des élites est de loin ce qu'il y a de plus inquiétant dans la période actuelle. Editorial édifiant et délirant de Christophe Barbier, de l'Express qui réclame "une tutelle" pour la grèce de la part de l'Allemagne et la France.

    De son côté, Erik Izraelewicz journaliste pseudo économique au Monde, laisser éclater sa rage contre les Grecs, par lesquels le péril est arrivé. Maudits Grecs : "Il n'est pas admissible qu'un petit pays, par son refus des règles du jeu, puisse continuer à mettre en danger l'ensemble du continent. En novembre dernier, Georges Papandréou, alors premier ministre, plaidait en faveur d'un référendum. Les législatives du 17 juin en font office. Aux Grecs de choisir. En espérant qu'ils feront le bon choix. Sinon, l'Europe devra en tirer les conséquences. Sans état d'âme."

    Finalement, ce sont les banquiers centraux qui expriment le mieux leur haine de la démocratie. Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE, propose d'abolir temporairement la démocratie lorsque cela est nécessaire, et la remplacer par une technocratie éclairée, qu'il appelle "fédéralisme d'exception" tandis que son remplaçant à la tête de la BCE, Mario Draghi, du haut de son irresponsabilité démocratique, annonce : "la fin du modèle social européen" (voir ci dessous). 

    C'est l'heure de la revanche sociale pour les élites néolibérales qui voient dans la crise l'opportunité d'abolir enfin nos démocraties sociales issues du compromis social de l'après guerre. Pour cela elles sont prêtes à tout.

     

     

     

     

    Lire la suite...


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique