• L'Islande va-t-elle inventer un "système monétaire souverain" ?

    L'idée choc étudiée en Islande : et si on retirait aux banques la capacité de créer de la monnaie ? - La Tribune

    En 2009, l'Islande a connu une crise très aiguë qui a fait suite à une explosion du crédit alimenté par un système bancaire devenu beaucoup trop généreux dans ses prêts et beaucoup trop inconscient dans sa gestion des risques.

    Ni l'Etat, ni la Banque centrale islandaise (Sedlabanki) n'ont pu stopper cette frénésie. « Entre 2003 et 2006, rappelle Frosti Sigurdjonsson, la Sedlabanki a relevé son taux d'intérêt et mis en garde contre une surchauffe, ce qui n'a pas empêché les banques d'accroître encore la masse monétaire. »(...)

    D'où cette idée centrale du rapport de Frosti Sigurdjonsson : ôter aux banques le pouvoir de création monétaire. Comme le souligne l'ancien président de l'autorité financière britannique, Aldair Turner, qui préface le rapport, « la création monétaire est une matière trop importante pour être laissée aux banquiers. »

    Cette idée n'est, en réalité, pas neuve. Après la crise de 1929, des économistes étatsuniens avaient proposé en 1933 le « plan de Chicago » qui proposait d'abolir la capacité des banques à créer par elle-même de la monnaie. Il avait eu un grand succès, mais pas de traduction concrète véritable.

    En 1939, l'économiste Irving Fischer, un de ceux qui avaient examiné de plus près la crise de 1929, avait proposé de transférer le monopole de la création monétaire à la banque centrale. James Tobin, Milton Friedman et d'autres ont également réfléchi sur ce sujet. Mais la proposition islandaise, que Frosti Sigurdjonsson présente comme « une base de discussion » pour le pays, est la première proposition de passage à un autre système qu'il appelle le « système monétaire souverain. »

     

    « La CGT, le syndicalisme et l'EuropeEmmanuel Todd - Les socialistes sont des imposteurs »

  • Commentaires

    1
    BA
    Lundi 27 Avril 2015 à 10:34

     

    Sur le site du journal LE MONDE :

     



     

    On connaît les chiffres : ces dix derniers jours, pas moins de 1 200 « boat people » venus d’Afrique, du Moyen-Orient et du Maghreb se sont noyés en Méditerranée.

     

    On connaît les images : ces milliers de malheureux fuyant la guerre et la misère entassés sur des « bateaux de la mort » et dérivant au large de l’« eldorado européen ».

     

    On sait ce qui nous attend : un million de migrants potentiels, venus de Libye, de Syrie, d’Irak, d’Afrique subsaharienne et de la Corne de l’Afrique et désireux de rejoindre l’UE.

     

    On ne se fait pas d’illusions : il n’est dans le pouvoir de l’Europe ni de pacifier le monde arabe, ni de ramener la paix en Libye, ni d’aider substantiellement à la prospérité de la Somalie, de l’Erythrée ou des pays du Sahel.

     

    On en tire une conclusion, qui est aussi une certitude : pour les dix ans à venir, les pays de l’UE vont être confrontés à une gigantesque question migratoire.

     



     

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/04/24/migrants-l-echec-des-europeens-pas-de-l-europe_4622133_3232.html

     

     

     

    Dans les années qui viennent, un million de migrants vont rentrer dans les pays européens.

     

     

     

    La plupart de ces migrants viendront du sud et ils traverseront la Mer Méditerranée.

     

     

     

    L’espace Schengen comprend les territoires des 26 États européens qui ont mis en œuvre l'accord de Schengen et la convention de Schengen signés à Schengen (Luxembourg), en 1985 et 1990.

     

     

     

    Carte de l'espace Schengen :

     

     

     

    En bleu : espace Schengen ; en vert : futurs membres.

     

     

     

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/63/Schengen_Area.svg

     

     

     

    L'espace Schengen est un grand espace de libre-circulation.

     

     

     

    Un étranger qui traverse la Mer Méditerranée, qui parvient à pénétrer en Italie, peut ensuite remonter vers le nord et passer en France.

     

     

     

    C'est une catastrophe pour la France.

     

     

     

    La France doit rompre avec ces trente années de libre-circulation.

     

     

     

    La France doit reprendre le contrôle de ses frontières.

     

     

     

    Vite.

     

     

     

    Avant qu'il ne soit trop tard.

     

     

    2
    BA
    Mercredi 29 Avril 2015 à 15:31

     

    Les banques privées grecques sont en faillite.

    Mercredi 29 avril 2015 :

    La chute libre des dépôts bancaires grecs :

    Janvier 2014 : dans les banques privées grecques, les dépôts étaient de 161 milliards d'euros.

    Novembre 2014 : les dépôts étaient de 164,3 milliards d'euros.

    Décembre 2014 : les dépôts étaient de 160,3 milliards d'euros.

    Janvier 2015 : les dépôts étaient de 148 milliards d'euros.

    Février 2015 : les dépôts étaient de 140,5 milliards d'euros.

     

    Mars 2015 : les dépôts étaient de 138,55 milliards d'euros.

     

     

     

    La Banque centrale européenne (BCE) a encore relevé mercredi, d'1,4 milliard d'euros, le plafond de son financement d'urgence (ELA) des banques grecques, qui passe ainsi à 76,9 milliards d'euros, a-t-on appris de source bancaire grecque.

     

     

     

    Fin mars, les dépôts privés se montaient à 138,55 milliards d'euros dans les banques grecques, au plus bas depuis février 2005.

    Et selon les premiers chiffres connus pour avril, la tendance au retrait des capitaux a repris de plus belle ce mois-ci.

     

     

     

    http://www.romandie.com/news/Grece--la-BCE-releve-dencore-14-milliard-deuros-le-plafond-de-lELA/588825.rom

     

    3
    Lundi 4 Mai 2015 à 11:00
    Ton blog représente pour moi une excellente source d'informations, merci à toi.
    4
    BA
    Mercredi 6 Mai 2015 à 21:23

     

    1- La Grèce est en faillite.

     

     

     

    2- Les banques privées grecques sont en faillite.

     

     

     

    3- La banque centrale de Grèce est en faillite.

     

     

     

    4- Mais à part ça, ça va.

     

     

     

    Mercredi 6 mai 2015 :

     

     

     

    Grèce : la BCE relève d'encore 2 milliards d'euros le plafond de l'ELA.

     

     

     

    La Banque centrale européenne (BCE) a encore relevé mercredi, de 2 milliards d'euros, le plafond de son financement d'urgence (ELA) des banques grecques, portant désormais celui-ci à 78,9 milliards d'euros, a-t-on appris de source bancaire grecque.

    Selon les chiffres de la Banque de Grèce, ménages et entreprises ont retiré un total de 26,807 milliards d'euros en quatre mois des banques grecques. Fin mars, les dépôts privés s'y montaient à 138,55 milliards d'euros, au plus bas depuis février 2005.

    Et selon les premiers chiffres connus pour avril, la tendance au retrait des capitaux a repris de plus belle.

     

     

     

    http://www.romandie.com/news/Grece-la-BCE-releve-dencore-2-milliards-deuros-le-plafond-de-lELA/591050.rom

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :