• La reconquête de la souveraineté des peuples, c'est mener une guerre contre l'Allemagne - Par Bruno Berthez

     

    Bruno Bertez est un patron de presse français spécialiste de l'information financière. Patron d'un groupe de presse spécialisé dans l'économie et la finance, il fonde le quotidien La Tribune. Il écrit régulièrement dans le quotidien des affaires suisse, L'Agefi. Il est blogueur régulier des sites d'information Blog à Lupus, Atlantico et Lesobservateurs.ch.

     

    "L’Allemagne, Merkel, Schauble ne veulent pas le bien des peuples qui se permettent d’être différents, ils veulent les mater"

     

    La reconquête de la souveraineté des peuples, c'est mener une guerre contre l'Allemagne - Par Bruno Berthez

     

    Extraits de son blog :

    "On connait mieux maintenant les grandes lignes du plan grec soumis- le choix du mot soumis est significatif- à L’Eurogroupe. C’est un reniement total. Point par point et rubrique par rubrique.

    La tutelle reste entière puisque les fonds ne seront débloqués que plus tard, c’est à dire une fois la mise en application des mesures consenties par Tsipras et Varoufakis.

    La tutelle reste entière et sournoise puisque les grecs n’ont eu droit qu’à une déclaration d’intention placée sous le signe du « c’est un bon début », « mais il faut voir les détails ».

    En revanche l’humiliation, ils l’ont prise comptant et en pleine figure, sans un effort de la part des vainqueurs européens pour leur permettre de sauver la face. La question de l’allègement de la dette Grecque, base du programme de Tsipras et Varoufakis a été balayée avec désinvolture, on verra un jour, plus tard …si vous êtes sages.

    Au plan de la procédure et de la souveraineté, le gouvernement Grec n’a rien, absolument rien gagné, ainsi toute décision susceptible d’affecter le budget devra être soumise au préalable.

    Sur le point de l’urgence humanitaire, rien, absolument rien, aucune dépense nouvelle n’est autorisé: Ah si Tsipras va convoquer une grande consultation!

    La seule différence avec la situation antérieure est que le vocabulaire a changé, on ne parle plus de la Troika mais des « institutions », et on parle d’un « accord » au lieu de « mémorandum » imposé. (...)

     

    * * *

    Les gens qui ont voté pour Syriza ne lui ont pas donné un vrai mandat clair d’aller au combat, ils lui ont donné un mandat ambiguë, un mandat manchot qui ne comportait que les gains possibles, mais sans acceptation des coûts et des risques. Et Tsipras, lâchement n’a eu le courage de dire quel allait être le coût, ce qu’il y avait à perdre. Il s’est conduit non pas en héros de son peuple, mais en politicard classique, banal.

     

    * * *

     

    Je ne me joins pas à la meute des journalistes passe-plats au service de la SSDA. Je ne dis pas que Tsipras a échoué ou qu’il est méprisable. Non je dis qu’il a commis une erreur tactique, une erreur imbécile, colossale qui fait qu’il a perdu la première bataille. Et que ceci doit donner à réfléchir.

    Il a été obligé de se replier, pour ne pas dire se renier. Je ne dis pas qu’il a perdu la guerre. Du moins pas encore. Il a, s’il ne commet pas de nouvelles erreur, une trésorerie pour tenir jusqu’à l’été. Et tout dépend de ce qu’il va faire de ce délai d’une part, et de ce qui va se passer en Europe, d’autre part d’ici là.

    L’un des enjeux de la période c’est la reconquête du soutien populaire effrité, entamé par la première défaite. La capacité à remobiliser. La capacité, avec le peu de marges de manœuvre dont il dispose, à honorer quelques promesses qui vont dans la bonne direction.

    La presse Européenne aux ordres a été unanime à proclamer l’Allemagne et Schauble vainqueurs par KO dès le premier round. C’est de la propagande sur ordre. C’est vrai que le premier round a été perdu parce que Tsipras a commis une erreur tactique qui a été de ne pas prendre des mesures fortes pour protéger la trésorerie, les ressources à court terme du système financier Grec. Il n’a pas pris la mesure du trou de trésorerie de son pays, pas plus à mon avis, qu’il n’a compris que la BCE et Schauble lui déclaraient la guerre en coupant le robinet du refinancement des banques d’une part et en incitant à la fuite des dépôts bancaires et des capitaux d’autre part.

    On a asphyxié Tsipras, c’est clair et au lieu de devancer les manœuvres, il a réagi comme il a pu, il a demandé « grâce », bourreau encore un instant. Donc il a perdu une bataille. La première. Ce n’est pas le verre à moitié plein ou à moitié vide, non: il perdu la première bataille, point à la ligne. Et la conséquence, c’est que déjà, il y a des fissures, des déchets dans son soutien populaire. Son assise se rétrécit déjà; or avec 36%, on ne peut pas se permettre trop d’erreurs!

    Les médias aux ordres, ont aboyé comme nous l’avons dit. Aussitôt, ils ont enterré Tsipras et Syriza. En particulier en Espagne. Pourquoi en Espagne? Parce que c’est là, que cela se passe et c’est là que cela va se passer avec les prochaines élections et la position de Podemos.

    En proclamant la défaite dès le premier round des grecs, il est évident que l’on porte un coup au moral des espagnols qui misent sur Podemos. Et on redonne le moral aux pourris et corrompus de la SSDA espagnole. Non, nous ne sommes pas trop violents, ce sont des pourris et corrompus et si cela ne fait pas son chemin dans la presse et devant les tribunaux, c’est parce que le droit, la morale et la justice, tout le monde s’en fiche.

    Est-ce que Tsipras et Syriza vont être capable d’élaborer une stratégie au cours des semaines de répit qu’ils ont obtenu? Est-ce que le peuple Grec est capable de comprendre ce qui s’est passé, et pourquoi son leader a dû mettre un genou à terre? Est ce qu’il va être capable d’être politiquement non correct et avoir le courage d’être anti-Allemand, anti-Merkel et anti-Schauble?

    C’est l’une de nos idées, les peuples sont tellement endoctrinés qu’ils n’osent même plus en vouloir à leurs bourreaux. Il faut soi-disant respecter l’Allemagne ! Merkel Schauble, ils font ce qu’ils ont à faire! Non il faut savoir appeler un chat un chat et quand on vous détruit, il faut savoir résister. C’est difficile tant la Kollaboration est répandue, évidente et même glorifiée, mais c’est ainsi. L’Allemagne, Merkel, Schauble ne veulent pas le bien des peuples qui se permettent d’être différents, ils veulent les mater

    La campagne immédiate et coordonnée pour annoncer l’échec de la rébellion Grecque fait partie du combat, c’est un conditionnement. Le moral des troupes est important en cas de guerre. Vous allez voir, bientôt, eux aussi, les rebelles, ils vont avoir droit à l’appellation de terroristes, de terroristes économiques et sociaux.

    C’est pour la dénoncer cette propagande, que nous prenons la peine de préciser notre analyse.

    La reconquête de la souveraineté n’est pas une promenade de santé et ceux qui éludent d’un coup de menton les difficultés et les souffrances commettent l’erreur initiale qui a couté la premier manche à Tsipras. Ils ne prennent pas la mesure du combat. Ils n’ont pas compris les enjeux. Ils ne comprennent pas que c’est l’équivalent d’une guerre. Une guerre ou les premières mesures sont déterminantes. Une guerre ou ce que l’on risque c’est son emploi, son patrimoine, son statut social, sa dignité. Car le prix à payer, il est là, c’est cela.

    L’Europe, pour se maintenir telle qu’elle est, n’a plus rien de positif à faire valoir, pas de prospérité, pas de paix, pas de bonne entente, pas d’avenir, pas de fierté, pas d’emploi. Rien. Ah si, il y a la hausse de la Bourse!

    Mais elle a replié sa défense sur un argument choc massif, que tout le monde comprend: c’est moi ou le chaos.

     

     

    « La délation organisée par l'éducation nationaleLes grecs, nouveaux colonisés - Marc Ferro »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Mars 2015 à 19:54

    Je n'ai pas envie d'être pessimiste. Tsipras a été contraint de reculer, seul contre tous, mais peut-être est-ce pour mieux avancer...?

    2
    Dimanche 1er Mars 2015 à 21:18

    Tsipras est paralysé. Il n'a pas dit la vérité, à l'image de la gauche "radicale" européenne. La vérité est que l'euro est un outil d'oppression et que l'UE est la prison des peuples.

    Tsipras a le choix entre se soumettre ou briser les chaines de l'euro. Personne ne peut savoir ce qu'il décidera. En fait c'est l'enchainement imprévisible des évènements qui décidera pour lui.

    L'échec ou la réussite de Tsipras sera une leçon pour les gauche "radicales" en europe. Il apparaitra que la seule solution est de détruire l'euro et l'UE.

    3
    BA
    Lundi 2 Mars 2015 à 07:20

     

    C'est un petit dessin animé, en pâte à modeler, qui dure 7 minutes 23.

     

     

     

    C'est l'histoire de la démocratie française, ou de la démocratie étatsunienne, ou de la démocratie anglaise, ou de la démocratie grecque, etc.

     

     

     

    C'est l'histoire de nos démocraties en 2015 :

     

     

     

    http://tinyurl.com/od69rpe

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :