• Régis Debray à propos du républicain Sarkozy

    Gardons le sourire, Par Régis Debray - Le Monde

    Les idéaux sont de libre parcours, et les vocables qui chantent plus qu’ils ne parlent échappent à la propriété industrielle. On ne criera pas au voleur pour le détournement de « République ». L’antiphrase est reine au forum. « Démocraties populaires » désignait des despotismes bureaucratiques, « national-socialisme » une barbarie impérialiste. Le « Front républicain » de Guy Mollet a intronisé la torture dans la République, et un premier ministre socialiste déclarait récemment sa flamme à l’entreprise capitaliste. En matière d’appellation non contrôlée, le contemporain est blasé. Les farces et attrapes de l’habillage égayent une époque par ailleurs assez triste.

    En rebaptisant son parti « Les Républicains », l’exorbitant du monopole mis à part, M. Sarkozy reste dans les plis. Veut-il nous faire savoir que ses partisans ne sont ni monarchistes, ni fascistes, ni anarchistes ? On n’avait pas d’inquiétude là-dessus. Ou encore, que les hérauts de la finance et de la com’, comme ceux du seigle et de la luzerne hier, se rallient, tout bien pesé, à cette forme insolite de gouvernement ? Ce n’est pas une nouvelle.

    Depuis Adolphe Thiers et Albert de Mun, le républicain minimaliste fait partie des bagages de la France. Le tardif débarbouillage signale tout bonnement un artiste politique de talent, qui entend priver ses adversaires de gauche d’un blason ancestral leur permettant, pour sauver les meubles, d’exciper de « la discipline républicaine » en cas de malheur au premier tour. Business as usual. La manip’ ne serait que facétieuse si elle ne touchait, dans le cas d’espèce, au scabreux.

    Le citoyen, cosouverain

    Marianne est laïque. Elle ne met pas l’instituteur au-dessous du curé. Elle est indivisible. Ne reconnaissant pas les communautés comme corps intermédiaires ni comme sujets de droit, elle n’admet pas qu’on ait pu nommer « un préfet musulman », ni installer la coutume du chef de l’Etat assistant au dîner du CRIF. Sociale, elle réunit ses amis plutôt à Belleville qu’au Fouquet’s, et trouve ses sources d’inspiration plutôt chez Péguy et Marc Bloch que chez Johnny et BHL. Fraternelle, elle accueille les demandeurs d’asile, ne rive pas l’identité aux origines et en tient pour le droit du sol. Elle a encore pour langue le français, que la princesse de Clèves partage avec Louis Aragon, non le franglais des avocats d’affaires et des spin doctors.

    Faisant du citoyen un cosouverain, elle suppose la souveraineté du peuple, laquelle exige l’autonomie de la nation, son cadre d’expression. D’où vient qu’une subordination à une organisation politico-militaire sous commande impériale comme l’OTAN lui semble contre-nature. Mettant enfin le jugement personnel au-dessus de l’avis collectif, le sondage n’est pas sa boussole. Elle tient que l’instruction publique a pour finalité l’indépendance de l’esprit autant que l’insertion professionnelle. Bref, sauf à en faire un habit de papier, la République a des exigences, qu’elle a héritées de sa source historique, la Révolution française, et qui ne sont guère mainstream (parlons moderne).

    Cela dit, l’hommage du vice à la vertu, il nous arrive à tous de le pratiquer. C’est monnaie courante. Un ami de M. George Bush, qui, en bon néoconservateur, a jadis fait siens les aveuglements guerriers du leader d’outre-Atlantique, parfaitement insensés et toujours catastrophiques, a bien le droit, après quelques mécomptes, d’abandonner à mi-course la voie américaine pour l’austère voie romaine, fût-elle tempérée par un orléanisme pragmatique. C’est plus que méritoire.

    Le changement de pied a de grands exemples : Paul de Tarse sur le chemin de Damas, ou Charles Quint se retirant au monastère de Yuste pour y battre sa coulpe. N’écartons pas la possibilité du sublime. Montherlant a toute sa place au théâtre français. Offenbach aussi. Conversion ou pirouette ? Coup de foudre ou coup de pub ? Les deux sont autorisés. Jusqu’à plus ample informé, le candide penchera pour l’option opérette. Keep smiling.

    Source : Le Monde
    « Emmanuel Todd - Les socialistes sont des imposteursPiketty commence à douter de l'Europe »

  • Commentaires

    1
    BA
    Vendredi 29 Mai 2015 à 15:38

     

    En Grèce, le bank run s'accélère.

     

     

     

    En avril 2009, les dépôts bancaires étaient de 240 milliards d'euros. Aujourd'hui, ils sont de 133,7 milliards d'euros.

     

     

     

    Lisez cet article du site bloomberg.com :

     

     

     

    En Grèce, les retraits d'argent s'accélèrent en avril.

     

     

     

    Les dépôts bancaires ont atteint leur niveau le plus bas depuis septembre 2004, soit 133,7 milliards d'euros.

     

     

     

    Les retraits d'argent des épargnants grecs se sont accélérés en Avril, au moment même où un bras de fer entre la coalition anti-austérité au pouvoir et ses créanciers a aggravé les doutes quant à l'avenir de la Grèce dans la zone euro.

    Les dépôts des ménages et des entreprises ont chuté à 133,7 milliards d'euros en Avril. Ils étaient de 138,6 milliards d'euros en Mars. C'est une baisse mensuelle de 3,6 %. Les dépôts représentent 100 milliards d'euros de moins qu'en Septembre 2009, a déclaré aujourd'hui la banque centrale de Grèce. Depuis le début de la campagne électorale qui a propulsé le parti Syriza au pouvoir, les retraits d'argent atteignent 31 milliards d'euros, soit 18,8 % du total des dépôts.

    Les dépôts privés sont tombés à leur plus bas niveau depuis Septembre 2004, en raison des craintes que la querelle entre le gouvernement grec et ses bailleurs de fonds mènera à un retour à la drachme, ou alors à la confiscation de l'épargne des déposants.

    Les banques grecques ont perdu l'accès aux marchés des capitaux ainsi que l'accès aux opérations de financement ordinaires de la Banque centrale européenne, au milieu d'un bras de fer entre le gouvernement et ses créanciers sur les conditions attachées à l'actuel plan de sauvetage.

     

     

     

    Les banques grecques ont déjà obtenu plus de 80 milliards d'euros d'Assistance de Liquidité en Urgence (ELA) accordés par la Banque centrale de Grèce pour boucher le trou des retraits d'argent et pour rester à flot.

     

     

     

    Le graphique du bank run en Grèce est ici :

     

     

     

    http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-05-29/greek-bank-deposits-bleeding-worsens-in-april#media-1

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :