• "Monétiser", un mot qui revient à la mode

    Pour ceux de ma génération qui, comme moi, ont été élevés dans les principes de l'othodoxie monétaire, la planche à billet, ça donne de l'inflation - et l'inflation c'est le diable. En tout cas c'est le message de ce petit dessin animé confectionné par la BCE sur son site

     

     

    Mais bon, comme maintenant, il parait que c'est la planche à billet qui va nous sauver, il faut se remettre à niveau sur la question. Cours de rattrapage :

    Monétiser (monétisation), Pascal Ordonneau, banquier - Septembre 2011

    Sortir du carcan des dettes publiques, Michael Chetrit - Juillet 2011

    L’inflation, un moindre mal pour résoudre la crise, par Kenneth Rogoff Professeur d'économie et de politique publique à l'Université d'Harvard. Il a été économiste en chef du Fonds Monétaire International - Septembre 2008

     

     

    Monétiser (monétisation), Pascal Ordonneau, banquier - Septembre 2011

    En économie comme dans bien d’autres domaines, il y a la façon élégante et la façon rustaude, pour ne pas dire « malséante », de dire les choses. Monétiser, c’est la façon élégante. Planche à billets est la façon malséante. Dire au Président de la FED, Ben Bernanke, « vous utilisez la planche à billets » au lieu de dire vous « monétisez la dette publique » relève de la mauvaise éducation. En fait, vous devriez utiliser la dénomination anglo-saxonne : aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, on ne monétise pas, on pratique le « Quantitative Easing ». Quand on le fait une deuxième fois, on dit que c’est un « QE2 »…

    Dans Le Cercle Les Echos

     

    Sortir du carcan des dettes publiques, Michael Chetrit - Juillet 2011

    "En 1974, la dette publique française ne représentait que 14,5 % du PIB. Comment dès lors en est-on arrivé là ?

    Pour le comprendre, il convient de se rappeler que jusqu’en 1973, l’Etat partageait avec les banques privées le pouvoir de création monétaire.

    Concrètement, l'Etat avait la possibilité d'emprunter auprès de sa banque centrale et de lui rembourser au fur et à mesure de ses recettes, sans intérêts.

    Or, par une loi du 73-7 du 4 janvier 1973, le Parlement français a voté que  le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France . "

    Dans Le Cercle Les Echos

     

    L’inflation, un moindre mal pour résoudre la crise, par Kenneth Rogoff Professeur d'économie et de politique publique à l'Université d'Harvard. Il a été économiste en chef du Fonds Monétaire International - Septembre 2008

    "Il est temps pour les grandes banques centrales d’admettre qu’une soudaine flambée d’inflation modérée serait extrêmement utile pour sortir de cet incroyable bourbier de dettes."

    "Heureusement, il n’est pas si difficile de créer l’inflation. Les banques centrales doivent simplement continuer à imprimer du liquide pour racheter systématiquement la dette gouvernementale."

    Project Syndicate

     

    « La démondialisation, du côté d'Arnaud MontebourgRegard sur l'économie chinoise : la baisse tendancielle du taux de profit »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :