• Un serment : "nous ne voterons plus PS"

  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Avril 2016 à 21:37

    Si j'en crois un sondage tout récent, le nombre des non-voteurs de PS est nettement supérieur à la fréquentation de la salle... Si j'en crois mon thermomètre doigt mouillé itou.

    Le sondage. Études des variations saisonnières et goupillages de redressement pour faire crédible. 

    — Ouaouhh ! Non ! En dessous de 10% ? On peut pas laisser si peu à Hollande ! Tu me le redresses à la hausse. Et comme ça on pourra de sondage en sondage discutailler sur la baisse continue et la "descente aux enfers" de Hollande. Sans compter que ça va stimuler les commandes de sondages. 

    — Ouaouh ! Non ! À plus de 17% ? On ne peut pas mettre autant à Mélenchon !  Tu me le redresses à la baisse. Et comme ça on pourra de sondage en sondage discutailler sur la progression "irrésistible" de Mélenchon. Sans compter que ça va stimuler les commandes de sondages. 

    — Ouaouh ! Non ! En dessous de 22% ? On ne peut pas laisser si peu à Juppé !  Tu me le redresses à la hausse. Et comme ça on pourra de sondage en sondage discutailler sur la progression "tranquille" ou bien sur la stagnation de Juppé. Sans compter que ça va stimuler les commandes de sondages. 

    — Ouaouh ! Non ! En dessous de 22% ? On ne peut pas laisser si peu à Le Pen !  Tu me la redresses à la hausse. Et comme ça on pourra de sondage en sondage discutailler sur la progression "tranquille" ou bien sur la stagnation de Le Pen. Sans compter que ça va stimuler les commandes de sondages. 

    Faut que ça paraisse scientifique tout de même !

    2
    BA
    Vendredi 22 Avril 2016 à 14:59

     

    Neuf pays de l'Union Européenne sont en faillite.

    La Grèce, l’Italie, le Portugal, Chypre, la Belgique, l'Espagne, la France, l'Irlande, le Royaume-Uni sont en faillite.

    Chiffres Eurostat publiés le jeudi 21 avril 2016 :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 311,452 milliards d’euros, soit 176,9 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2171,671 milliards d’euros, soit 132,7 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 231,345 milliards d’euros, soit 129 % du PIB.

     

    4- Chypre : dette publique de 18,964 milliards d’euros, soit 108,9 % du PIB.

     


    5- Belgique : dette publique de 434,186 milliards d’euros, soit 106 % du PIB.

    6- Espagne : dette publique de 1072,183 milliards d’euros, soit 99,2 % du PIB.

     

     

     

    7- France : dette publique de 2097,103 milliards d’euros, soit 95,8 % du PIB.

     

     

     

    8- Irlande : dette publique de 201,266 milliards d’euros, soit 93,8 % du PIB.

    9- Royaume-Uni : dette publique de 1662,984 milliards de livres sterling, soit 89,2 % du PIB.

     

     

     

    Vendredi 22 avril :

     

     

     

    Les « sages » allemands prônent un mécanisme de faillite des Etats.

     

     

     

    Des experts allemands veulent imposer des pertes aux investisseurs sur certaines dettes de la zone euro.

     

     

     

    C'est une proposition qui ravive le funeste souvenir de 2010 quand, à Deauville, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont émis l'idée de faire payer les créanciers des Etats en crise. Funeste, car cette déclaration a fait paniquer les marchés. La proposition du Conseil allemand des experts économiques, une institution respectée outre-Rhin et surnommée « conseil des sages », aura-t-elle le même effet ? Sans doute pas. Depuis la crise grecque, les Européens et la Banque centrale européenne ont mis en place des pare-feu aptes à rassurer en partie les investisseurs.

     

     

     

    Les « sages » considèrent qu'il faut aller plus loin. Ils l'ont déjà dit par le passé, mais leur dernier rapport annuel souligne la nécessité d'instaurer un mécanisme de faillite des Etats dans la zone euro. « La création du Mécanisme de stabilité européen (MES) a servi à limiter les risques de contagion en période de crise », rappellent-ils. Problème : l'existence de tels dispositifs peut avoir des effets anesthésiants et inciter les investisseurs à sous-évaluer les risques. « Un mécanisme de faillite pour les pays pourrait pousser les créanciers à mieux calculer les primes de risque, sur la base de la probabilité de défaut des Etats », écrivent les auteurs. Avec une idée en tête : si les investisseurs évaluent mieux les risques, alors les pays de la zone euro seront obligés de mieux contrôler leur dette. La plupart des « sages » partagent les idées de la Bundesbank, qui milite pour des mécanismes de discipline. « Toutefois, pour les pays qui sont déjà trop endettés, il faudrait qu'ils puissent envisager de se délester d'une partie de leur fardeau à travers un mécanisme de faillite. »

     

     

     

    Comment faire ? Répliquer la méthode FMI : pas d'aide financière du MES sans une analyse de soutenabilité qui, dans les cas où un programme d'ajustement économique ne suffit pas, peut déboucher sur un rééchelonnement de la dette, voire une réduction de la valeur nominale des titres détenus par les investisseurs. Les « sages » concèdent que des négociations devront être menées avec les créanciers avant d'appuyer sur le bouton rouge.

     

     

     

    Favorable à une mutualisation des dettes, Peter Bofinger, le seul keynésien des « sages », a averti dans « The Telegraph » que ce projet était « le moyen le plus rapide de faire exploser la zone euro ».

     

     

     

    http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/021860404550-les-sages-allemands-pronent-un-mecanisme-de-faillite-des-etats-1215558.php

     

    3
    BA
    Mardi 3 Mai 2016 à 08:15

     

    A propos de la décadence :

     

     

     

    François Fillon : « La France est dans une situation d'extrême faiblesse parce que nous n'avons pas su enrayer une forme de décadence. »

     

     

     

    http://www.atlantico.fr/decryptage/francois-fillon-france-est-dans-situation-extreme-faiblesse-parce-que-avons-pas-su-enrayer-forme-decadence-2682586.html

     

     

     

    « Une forme de décadence » ? ? ?

     

     

     

    Mais de quand date la décadence de la France ?

     

     

     

    Le début de la décadence, c'est le 19 mai 1974.

     

     

     

    Le 19 mai 1974, le peuple français choisit un chef de l'Etat qui n'a plus comme priorité l'intérêt national.

     

     

     

    Pour la première fois de son histoire, le peuple français choisit un chef de l'Etat qui a comme priorité numéro un : la construction européenne.

     

     

     

    L'élection de Valéry Giscard d'Estaing est un tournant historique : à partir du 19 mai 1974, tous les chefs de l'Etat auront comme priorité numéro un : la construction européenne.

     

     

     

    De même, tous les premiers ministres auront comme priorité numéro un : la construction européenne.

     

     

     

    Exemple : François Fillon.

     

     

     

    - La Convention de Schengen entre en vigueur le 26 mars 1995. A partir de ce jour-là, il n'y a plus de frontières nationales. A la place, il y a un gigantesque espace européen de libre-circulation. François Fillon était à l'époque ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. François Fillon était en faveur de la Convention de Schengen.

     

     

     

    - Dix ans plus tard, le 29 mai 2005, François Fillon vote « oui » au référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe. Cette constitution européenne était surnommée « la constitution Giscard. »

     

     

     

    - En 2008, le premier ministre François Fillon était en faveur du traité de Lisbonne. Selon Valéry Giscard d'Estaing lui-même, le traité de Lisbonne reprend 98 % de la constitution Giscard. Le premier ministre François Fillon fait adopter le traité de Lisbonne en le faisant voter par le Parlement français, sans le soumettre au référendum.

     

     

     

    Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, François Fillon, Nicolas Sarkozy, François Hollande : tous ces européistes sont les responsables de la décadence de la France.

     

     

     

    Ils ont été au pouvoir, on les a vus à l'oeuvre.

     

     

     

    Conclusion :

     

     

     

    Depuis le 19 mai 1974, le peuple français est le premier responsable de la décadence de la France, car il vote toujours pour des européistes.

     

     

     

    Aujourd'hui, nous avons la décadence de la France, car nous sommes devenus un peuple décadent.

     

    4
    BA
    Vendredi 6 Mai 2016 à 22:25

     

    Double coup de tonnerre !

     

     

     

    Le président du Parlement européen Martin Schultz vient de comprendre !

     

     

     

    Le président du Conseil européen Donald Tusk vient de comprendre lui-aussi !

     

     

     

    Lisez cet article historique :

     

     

     

    Union Européenne : l'Europe est une promesse trahie, selon le président du Parlement européen Martin Shultz.

     

     

     

    "L'Europe est une promesse, mais une promesse qui n'a pas été tenue", a déclaré M. Shulz lors d'un débat sur l'avenir de l'Europe organisée à Rome en présence du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, du président du Conseil européen Donald Tusk et du président du Conseil italien Matteo Renzi.

     

     

     

    L'Europe "était une promesse faite tous les jours pour davantage d'emplois, davantage de services et de croissance", et des générations d'Européens ont consenti des sacrifices dans l'attente de cette promesse, au moins pour leurs enfants, a expliqué M. Shultz.

     

     

     

    Or, a-t-il ajouté, les dirigeants européens continuent à demander des sacrifices, moins de services, plus d'impôts, "pour quoi faire ? pour sauver des banques".

     

     

     

    Il y a dès lors "un sentiment d'injustice. Ce n'est pas l'Europe qu'ils voulaient voir", a-t-il ajouté en réponse à une question sur la montée des populismes dans l'Union européenne.

     

     

     

    A trop idéaliser l'Europe, à la considérer comme un projet d'Union avec un seul Etat, une seule nation, c'est non seulement "complètement irréaliste", mais aussi dévastateur pour son avenir, a indiqué de son côté M. Tusk.

     

     

     

    "Le rêve d'un seul Etat européen, d'une seule nation européenne est une illusion. Nous devons accepter de vivre dans une Europe avec différentes monnaies, avec différentes forces politiques, et la pire chose est de prétendre de ne pas le savoir", a-t-il ajouté.

     

     

     

    http://actu.orange.fr/politique/ue-l-europe-est-une-promesse-trahie-selon-le-president-du-parlement-europeen-CNT000000obmAF.html

     

     

     

     

     

    5
    BA
    Vendredi 13 Mai 2016 à 09:42

     

    Les Etats-Unis, un modèle à suivre.

     

     

     

    Les Etats-Unis, un modèle pour tous les pays de la planète.

     

     

     

    Les Etats-Unis nous montrent ce que sera le XXIe siècle.

     

     

     

    Le XXIe siècle verra le retour des esclaves, qui resteront debout dans leurs usines pendant des heures, qui pisseront et qui chieront dans leurs couche-culottes.

     

     

     

    Vendredi 13 mai 2016 :

     

     

     

    Etats-Unis : privés de pause-toilettes, des employés portent des couches.

     

     

     

    Les employés du secteur volailler aux Etats-Unis travaillent dans un tel climat de peur qu'ils n'osent pas demander de pause pour aller aux toilettes et portent des couches au travail, affirme l'ONG britannique Oxfam dans une étude.

    D'après ce rapport publié mardi 10 mai, «la grande majorité» des 250.000 ouvriers du secteur avicole américain «dit ne pas bénéficier de pauses-toilettes adéquates», en «claire violation des lois américaines de sécurité au travail». 

     

     

     

    Ils «luttent pour s'adapter à ce déni d'un besoin humain de base. Ils urinent et défèquent debout face à la ligne d'assemblage, portent des couches au travail, réduisent leurs prises de liquides et fluides à des niveaux dangereux» et risquent «de graves problèmes de santé», martèle l'étude.

     

     

     

    Les chefs de ligne refusent aux ouvriers ces pauses «parce qu'ils sont sous pression pour maintenir la vitesse de production», fait valoir Oxfam. «Le secteur volailler affiche aujourd'hui des bénéfices records» tandis que «les ouvriers gagnent de faibles salaires, souffrent de taux élevés de blessures et maladies, évoluent dans des conditions difficiles» et «un climat de peur», dénonce l'étude.

     

     

     

    http://www.leparisien.fr/economie/etats-unis-prives-de-pause-toilettes-des-employes-portent-des-couches-13-05-2016-5791913.php

     

     

     

    6
    BA
    Jeudi 19 Mai 2016 à 07:13

     

    Le 19 mai 1974 est une grande rupture dans l'histoire de France.

     

     

     

    Le peuple français choisit de faire une nouvelle expérience : la construction européenne.

     

     

     

    Le 19 mai 1974, le peuple français choisit un chef de l'Etat qui n'a plus comme priorité l'intérêt national.

     

     

     

    Pour la première fois de son histoire, le peuple français choisit un chef de l'Etat qui a comme priorité numéro un la construction européenne.

     

     

     

    L'élection de Valéry Giscard d'Estaing est une rupture historique : à partir du 19 mai 1974, tous les chefs de l'Etat auront comme priorité numéro un la construction européenne.

     

     

     

    De même, tous les premiers ministres auront comme priorité numéro un la construction européenne.

     

     

     

    Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, François Fillon, Nicolas Sarkozy, François Hollande : tous ces européistes sont les responsables de la décadence de la France.

     

     

     

    Ils ont été au pouvoir, on les a vus à l'oeuvre.

     

     

     

    Bilan de ces 42 ans de construction européenne ininterrompue : un échec total.

     

     

     

    La construction européenne aboutit à un échec économique, un échec financier, un échec environnemental, un échec concernant le « vivre-ensemble », un échec social, un échec démocratique, un échec moral, un échec politique.

     

     

     

    Dans les autres pays membres de l'Union Européenne, c'est pareil. Partout en Europe, les partis extrémistes explosent leurs résultats électoraux.

     

     

     

    http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2016/05/04/l-autriche-dans-la-nasse-populiste_4913685_3232.html

     

     

     

    Conclusion :

     

     

     

    En France, qui est le responsable de ce désastre ?

     

     

     

    Depuis le 19 mai 1974, le peuple français est le premier responsable de la décadence de la France, car il vote toujours pour des européistes.

     

     

     

    Aujourd'hui, nous avons la décadence de la France, car nous sommes devenus un peuple décadent.

     

    7
    BA
    Vendredi 27 Mai 2016 à 07:30

     

    En avril 2016, les records historiques de truquage des chiffres ont été battus !

     

     

     

    En France, il y a trois façons de truquer les chiffres du chômage :

     

     

     

    1- On peut truquer les chiffres du chômage en augmentant les « entrées en stage ».

     

     

     

    Novembre 2015 : il y a eu 43 500 « entrées en stage ».

     

    Décembre 2015 : 45 000.

     

    Janvier 2016 : 45 800.

     

    Février 2016 : 47 400.

     

    Mars 2016 : 49 200.

     

    Avril 2016 : 52 900. Record historique battu !

     

     

     

    2- On peut truquer les chiffres du chômage en augmentant les « défauts d'actualisation ».

     

     

     

    Novembre 2015 : il y a eu 213 500 « défauts d'actualisation ».

     

    Décembre 2015 : 208 500.

     

    Janvier 2016 : 216 900.

     

    Février 2016 : 218 000.

     

    Mars 2016 : 225 800.

     

    Avril 2016 : 238 400. Record historique battu !

     

     

     

    3- On peut truquer les chiffres du chômage en augmentant les « radiations administratives ».

     

     

     

    Novembre 2015 : il y a eu 41 700 « radiations administratives ».

     

    Décembre 2015 : 42 700.

     

    Janvier 2016 : 42 100.

     

    Février 2016 : 42 500.

     

    Mars 2016 : 43 700.

     

    Avril 2016 : 46 800. Record historique battu !

     

     

     

    En bas de l'écran, cliquez sur l'onglet « page 11 » :

     

     

     

    http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/xls/defm_donnees_graphiques_avril_2016-bvtd0416_.xls

     

     

     

    8
    BA
    Mercredi 8 Juin 2016 à 10:32

     

    De 2004 à 2016, comment les peuples ont-ils évolué concernant l'Union européenne ?

     

     

     

    Réponse :

     

     

     

    Dans tous les pays européens, les personnes favorables à l'Union européenne sont de moins en moins nombreuses !

     

     

     

    Ce que montre le graphique ci-dessous, c'est la mort inéluctable de l'Union européenne.

     

     

     

    Entre les peuples et l'Union européenne, le divorce est consommé.

     

     

     

    En 2004, en France, 69 % des personnes interrogées avaient une opinion favorable de l'Union européenne. En 2016, ils ne sont plus que 38 % !

     

     

     

    En 2004, en Allemagne, 58 % avaient une opinion favorable de l'Union européenne. En 2016, ils ne sont plus que 50 %.

     

     

     

    En 2004, au Royaume-Uni, 54 % avaient une opinion favorable de l'Union européenne. En 2016, ils ne sont plus que 44 %.

     

     

     

    En Italie, les opinions favorables à l'Union européenne sont passées de 78 % à 58 %.

     

     

     

    En Espagne, les opinions favorables à l'Union européenne sont passées de 80 % à 47 %.

     

     

     

    En Pologne, les opinions favorables à l'Union européenne sont passées de 83 % à 72 %.

     

     

     

    En Grèce, les opinions favorables à l'Union européenne sont passées de 37 % à 27 %.

     

     

     

    http://www.pewglobal.org/files/2016/06/PM_2016.06.07_brexit-00.png

     

     

     

    9
    BA
    Jeudi 9 Juin 2016 à 08:36

     

    Les dix traîtres.

     

     

     

    Qui sont les dix participants français à la réunion du Groupe Bilderberg 2016 ?

     

     

     

    Réponse :

     

     

     

    • Henri de Castries, patron des assurances AXA

    • Patricia Barbizet, patronne de l'entreprise Artémis, présidente du conseil de surveillance de Christie’s

    • Nicolas Baverez, éditorialiste de l'hebdomadaire LE POINT, associé chez Gibson, Dunn & Crutcher

    • Olivier Blanchard, ancien économiste du FMI, Peterson Institute

    • Emmanuelle Charpentier, directrice du Max Planck Institute for Infection Biology

    • Laurent Fabius, ancien premier ministre, président du Conseil Constitutionnel 

    • Etienne Gernelle, directeur de l'hebdomadaire LE POINT

    • Sylvie Goulard, membre du parti UDI, députée européenne

    • Christine Lagarde, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, directrice du FMI

    • Edouard Philippe, député Les Républicains (LR), maire du Havre

     

     

     

    http://www.bilderbergmeetings.org/participants.html

     

     

     

    Une citation très importante :

     



     

    « Je pense que vous pourriez dire, déclara un jour le diplomate américain George McGhee, que le traité de Rome, qui a créé le Marché commun, a été mûri pendant ces réunions de Bilderberg et aidé par le flot de nos discussions. »

     



     

    Source :

     

    « L’Europe sociale n’aura pas lieu », de François Denord et Antoine Schwartz, édition Raisons d’agir, page 40.

     

    10
    BA
    Mardi 14 Juin 2016 à 09:09

     

    Mardi 14 juin 2016 :

     

     

     

    Coup de tonnerre : The Sun appelle à voter pour le Brexit !

     

     

     

    Le quotidien populaire britannique The Sun a appelé ses lecteurs à se prononcer en faveur d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, lors du référendum du 23 juin, en une de son journal aux couleurs de l'Union Jack.

     

     

     

    "BeLEAVE in Britain", peut-on lire en toutes lettres dans l'édition de mardi 14 juin du journal. Un jeu de mots qui phonétiquement signifie "croire en la Grande-Bretagne" mais qui contient le terme "sortie" de la Grande-Bretagne.

     

     

     

    "Nous sommes sur le point de prendre la plus grande décision politique de nos vies. Le Sun exhorte aujourd'hui tout le monde à voter pour la SORTIE", écrit le journal.

     

     

     

    Selon une nouvelle enquête d'opinion ICM publiée lundi après-midi par l'édition en ligne du quotidien The Guardian, le camp du Brexit est en tête de six points sur le "Remain" (rester), avec 53% des intentions de vote.

     

     

     

    Déjà deux sondages publiés au cours du week-end ont donné le "out" en tête, tandis que désormais la moyenne des six derniers sondages calculée par le site WhatUKThinks le donnent également gagnant avec 52% des intentions de vote contre 48% pour le "in".

     

     

     

    Dans son éditorial, le Sun soutient qu'une "sortie permettra de réaffirmer (notre) sa souveraineté - embrassant un avenir en tant que puissante nation autonome enviée de tous".

     

     

     

    L'avenir de la Grande-Bretagne serait "bien plus sombre" au sein de l'UE et serait absorbé par "l'expansion sans relâche de l'Etat fédéral allemand", poursuit le journal.

     

     

     

    "Notre pays a une histoire glorieuse. C'est notre chance de rendre la Grande-Bretagne encore meilleure, de reprendre notre démocratie, de préserver les valeurs et la culture dont nous sommes fières à juste titre", a-t-il encore commenté.

     

     

     

    "Nous devons nous libérer de la dictature de Bruxelles", qualifiant l'UE de "plus en plus cupide, dépensière et harcelante".

     

    11
    BA
    Mardi 14 Juin 2016 à 20:49

     

    Mardi 14 juin 2016 :

     

     

     

    Royaume-Uni : les partisans du Brexit ont 7 points d'avance sur les partisans du maintien dans l'Union européenne.

     

     

     

    Sondage de l'institut TNS :

     

     

     

    • Maintien dans l'Union européenne : 40 % des personnes interrogées

    • Sortie de l'Union européenne : 47 % des personnes interrogées

    • Ne savent pas / N'iront pas voter : 13 % des personnes interrogées

     

     

     

    Leave campaign ahead in latest TNS poll.

     

     

     

    London, 14th June -

     

    The latest EU referendum voting intention survey by TNS gives the Leave campaign a significant lead nine days out from polling day.

     

    The survey of 2,497 adults in the UK gives the ‘Leave’ campaign a lead of 7 points over ‘Remain’. Voting intention among likely voters (including those not fully decided but leaning in one direction) is as follows :

    • Remain 40%, Leave 47%, Undecided/Would not vote 13%

     

     

     

    http://www.tnsglobal.co.uk/press-release/leave-campaign-ahead-latest-tns-poll

     

     

     

    12
    BA
    Mercredi 15 Juin 2016 à 19:59

     

    Mercredi 15 juin 2016 :

     

     

     

    Brexit : le chef de la diplomatie allemande met en garde contre une désintégration de l'Union Européenne.

     


    Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a mis en garde mercredi contre le risque d'une désintégration de l'Union européenne en cas de sortie de la Grande-Bretagne suite au référendum du 23 juin.

    « Un vote des Britanniques en faveur d'une sortie constituerait un choc pour l'UE, suite auquel il faudrait s'assurer que l'UE soit préservée et qu'un processus réussi d'intégration de plusieurs décennies ne finisse pas en désintégration du bloc », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse dans la ville de Brandebourg (est), après une rencontre avec son homologue français Jean-Marc Ayrault.

     

    http://www.romandie.com/news/Brexit-le-chef-de-la-diplomatie-allemande-met-en-garde-contre-une-desintegration-de-/712239.rom

     

     

     

    13
    BA
    Jeudi 16 Juin 2016 à 13:19

     

    Jeudi 16 juin 2016 :

     

     

     

    Royaume-Uni : 53% des Britanniques en faveur du Brexit.

     

     

     

    Cinquante-trois pour cent des Britanniques se déclarent favorables à une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin, selon un sondage Ipsos Mori pour le quotidien Evening Standard publié ce jeudi. 

     

     

     

    Sans tenir compte des indécis, 47% des électeurs interrogés voteraient, eux, pour un maintien dans l'UE.

    C'est la première fois depuis l'annonce du référendum que ce sondage mensuel de l'institut Ipsos Mori donne le camp du Brexit en tête des intentions de vote. 

     

     

     

    Son précédent sondage pour l'Evening Standard, publiée le 18 mai, donnait les partisans du maintien dans l'UE à 55% des intentions de vote, contre 37% pour le camp du Brexit. 

     

     

     

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/06/16/97001-20160616FILWWW00103-53-des-britanniques-en-faveur-du-brexit.php

     

     

     

    14
    BA
    Mercredi 22 Juin 2016 à 06:58

     

    Sarkozy : anti-démocrate un jour, anti-démocrate toujours.

     

     

     

    Quand Sarkozy était président de la République, il était anti-démocrate.

     

     

     

    Par exemple :

     

     

     

    En 2005, Sarkozy avait été furieux de voir le peuple français voter « non » au référendum concernant le traité sur la constitution européenne.

     

     

     

    En 2008, Sarkozy était président de la République. Il savait que le traité de Lisbonne reprenait 98 % du traité sur la constitution européenne. Il savait que le peuple français allait voter « non » au traité de Lisbonne si un référendum était organisé.

     

     

     

    Pour contourner le peuple français, Sarkozy a donc fait adopter le traité de Lisbonne sans passer par le référendum ! Il a demandé au parlement français de voter le traité de Lisbonne !

     

     

     

    Et aujourd'hui ?

     

     

     

    Aujourd'hui, Sarkozy est toujours autant anti-démocrate. Il veut un nouveau traité européen. Mais comme il sait que le peuple français votera « non » à ce nouveau traité, il ne demandera pas son avis au peuple français !

     

     

     

    C'est comme ça, la construction européenne !

     

     

     

    Les partisans de la construction européenne savent que les peuples voteront « non » aux traités européens, alors ils n'organisent plus jamais de référendum !

     

     

     

    La construction européenne continue, mais sans les peuples.

     

     

     

    La construction européenne continue, contre les peuples.

     

     

     

    La construction européenne est anti-sociale, anti-populaire, anti-démocratique. Elle doit être détruite.

     

     

     

    Mercredi 22 juin 2016 :

     

     

     

    Sa proposition est celle d'un nouveau traité européen qui ne ferait pas l'objet d'un référendum (comme le traité de Lisbonne), avec un Schengen 2, la création d'un « euro-Schengen » (avec les ministres de l'Intérieur), d'un Fonds monétaire européen, et une Europe qui se concentre sur des dossiers prioritaires.

     



     

    http://www.lesechos.fr/elections/primaire-a-droite/0211052379919-a-berlin-sarkozy-reve-du-retour-du-merkozy-2008429.php

     



     

    15
    BA
    Mercredi 22 Juin 2016 à 19:33

     

    Mercredi 22 juin 2016, vers 19 heures 26 :

     

     

     

    A la veille du référendum, deux sondages donnent le Brexit en tête.

     

     

     

    Alors que les Britanniques sont appelés à voter pour ou contre la sortie de l'Union européenne, deux sondages donnent le camp du non à l'UE en tête.

     

     

     

    Deux nouveaux sondages donnaient mercredi le camp d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne légèrement en tête des intentions de vote, à la veille du référendum historique sur cette question.

     

     

     

    Selon Opinium, qui a interrogé 3.011 Britanniques sur internet, 45% étaient pour une sortie, 44% pour un maintien dans l'UE, mais 9% étaient toujours indécis et 2% préféraient ne pas se prononcer.

     

     

     

    Selon TNS, qui a sondé 2.320 personnes, 43% étaient pour une sortie de l'UE, 41% étaient pour rester, et 16% étaient encore indécis.

     

     

     

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/a-la-veille-du-referendum-deux-sondages-donnent-le-brexit-en-tete_1805175.html

     

    16
    BA
    Vendredi 24 Juin 2016 à 07:32
    Victoire ! « Vive la nation ! » C'était le cri du peuple français lors de la Révolution française ! C'est le cri de tous les peuples qui luttent pour leur indépendance nationale ! En ce jour historique, le peuple britannique a choisi l'indépendance nationale ! Le dessin qui résume tout : https://pbs.twimg.com/media/CkuDYFcUkAEhW1H.jpg C'est le retour de l'Histoire ! C'est le retour des nations ! C'est le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, tel qu'il a été inventé par la Révolution française ! Maintenant, c'est au tour du peuple français de choisir ! Maintenant, c'est au tour du peuple allemand de choisir ! Maintenant, c'est au tour du peuple italien de choisir ! Il faut redonner la parole aux peuples ! Il faut consulter les 27 peuples européens en organisant 27 référendums : « Voulez-vous rester dans l'Union européenne, ou voulez-vous en sortir ? » Nous voulons choisir, nous aussi ! Nous voulons disposer de nous-mêmes, nous aussi ! Nous voulons un référendum ! BA, jacobin.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :