•  


    votre commentaire
  • "La triste vérité est que le système euro semble de plus en plus voué à l'échec. Et une vérité encore plus triste est que vu comme le système se comporte, l'Europe se porterait sans doute mieux s'il s'écroulait plutôt aujourd'hui que demain." (Octobre 2011)

    "Il est donc difficile d'éviter un profond sentiment de désespoir. Plutôt que d'admettre qu'ils se sont trompés, les dirigeants européens semblent déterminés à faire tomber leur économie - et leur société - d'une falaise. Et c'est le monde entier qui en paiera le prix." (Avril 2012)

    Comment la Grèce s’est-elle retrouvée autant en difficulté ? C’est la faute de l’euro. (Juin 2012)

    "Nous assistons à l'une des plus grandes catastrophes économiques de l'histoire" (Septembre 2014)

     

    Paul Krugman, Prix nobel

     

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • Philippe Legrain est ancien conseiller économique de José Manuel Barroso et chercheur associé à la London School of Economics :

    "De façon générale, je suis frappé de constater que les dirigeants européens sont davantage obsédés par le sauvetage de l'euro que par le bien-être des européens. J'ai pu en faire l'expérience lorsque je travaillais à la Commission européenne. Mais si le chômage reste élevé, les salaires bas et la croissance faible, ce n'est pas une réussite. Si une génération perdue de jeunes ne peut pas trouver d'emploi, ce n'est pas une réussite. Si l'Europe est de plus en plus impopulaire et Marine Le Pen de plus en plus populaire, ce n'est pas une réussite. Certes, je souhaite que l'euro survive, mais le plus important, c'est le bien-être des européens. Il faut donc changer de politique d'urgence."

    Le 08 octobre 2014 /  source : La Tribune

     

     

     

    Le 12 décembre, Christopher Pissarides, prix Nobel d’économie 2010 prononce un discours à la London School of Economics :

    « Les politiques poursuivies aujourd’hui pour sauver l’euro sont en train de coûter des emplois à l’Europe, elles créent une génération perdue. Ce n’est pas ce qu’avaient promis les pères fondateurs. » (...)

    « Le marché commun européen est l’exemple d’une situation non favorable à une union monétaire. Elle est composée de nations séparées, dont les résidents parlent différentes langues, ont différentes coutumes, et ont une bien plus grande loyauté et un plus grand attachement à leur propre pays qu’à un marché commun ou à l’idée d’ «Europe ». (...)

    « La volonté de créer l’euro a été motivée par la politique, non par l’économie. Elle a été inspirée par le besoin de lier la France et L’Allemagne, de façon si resserrée qu’une guerre future deviendrait impossible, et de mettre en place les bases des États Unis d’Europe. Je crois que l’adoption de l’euro va avoir les effets inverses. Il va exacerber les tensions politiques en convertissant des chocs divergents qui auraient pu être corrigés par les taux de change, en des problèmes politiques qui vont diviser ces nations. Une union monétaire réalisée dans des conditions défavorables va se révéler être une barrière à la réalisation de l’unité politique. »

    Source : Atlantico / Décembre 2013

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires